Jeannette !

Maman
 
message de sympathie
 
Marie: Photo ci-joint

photo souvenir

 

Commentaires: 42 commentaires

42 réactions sur “Jeannette !”

  1. Fernand dit :

    PS: Mercredi 14 heure: Il y a une messe à la résidence ou était Jeanette. Dans la chapelle au 2ième étage.
    Le curé Clément Zénon devrait être là et j’y serai aussi.

  2. Léo Dion dit :

    À la famille Vaudrin,

    De madame Vaudrin, je me souviendrai à jamais de son inlassable sourire malgré les nombreux aléas, pas toujours heureux, qui ont constitué sa vie.

    Comment oublier les festins (patates frites maison) des dimanches soirs de la fin des années 60 ? Comment oublier l’expression de sa joie lors des nombreux Noëls que j’ai eu le bonheur de partager avec la famille ?

    Je profite de l’occasion pour transmettre à la famille Vaudrin mes plus sincères condoléances.

  3. Françis Dion dit :

    Jeannette était comme une deuxième mère pour moi. Une femme de bonté, qui aimait rire, qui aimait la vie, mais qui, par-dessus tout, aimait les gens.

    Mes sympathies à tous et à toutes.

  4. Margo dit :

    Après verification avec le Boisé, la messe qui sera célébrée pour maman aura lieu le 9 septembre à 14 hrs à la chapelle du Boisé.

  5. Francine dit :

    C’est avec un pincement au coeur que j’apprenais le décès de tante Jeannette. Toujours souriante, chargée d’affection ,aimant la vie et tellement généreuse de sa personne.
    Au nom de tous mes frères et soeurs, je viens transmettre à toute la famille Vaudrin nos plus profondes sympathies.
    Nos prières vous accompagnent dans ces moments de tristesse mais nous savons que c’est par la grande porte qu’elle est accueillie là-haut.
    Puisse-t-elle reposée dans la Paix et l’amour auprès de ceux qu’elle a aimés
    Carmen Gerard Diane Marielle Jean-marc ainsi que moi-même
    Francine

  6. Richard Charette dit :

    À tous et à toutes qui avez perdu cette mère attentionnée et cette amie chère, je vous offre mes sympathies.

    Toute la famille Charette est avec vous de coeur, incluant ma mère qui ne cesse de parler de Jeanette à chaque fois que je la rencontre. Je lui annoncerai le départ de Jeanette samedi puisqu’elle sort de l’hôpital et est encore fragile. Je serai à la cérémonie de samedi pour vous offrir mon support.

    Jeanette, merci pour l’exemple que tu nous as livré durant toute ta vie. Marie l’a bien souligné, ton courage et ta joie de vivre nous ont déjà servi de modèle dans nos propres vies. Pour toi, rien n’est irréparable et ta foi a su te porter au-delà des épreuves. Tu as mis sur cette terre 13 personnes aux personnalités fort différentes mais chacun et chacune porte un peu de toi en soi. Il n’y a pas de recette miracle pour être heureux dans la vie mais s’il y en avait une, je crois que tu en serais l’auteure. Ton humilité, ta simplicité, ton sens de l’humour, ton acceptation, autant de qualités qui ont fait de toi la personne que nous chérissons à tout moment dans nos coeurs et qui sera éternellement présente. Tu es partie discrètement, à l’image de ta vie et au grand désarroi de ceux et celles qui t’aiment. Merci pour tout et entre autres de m’avoir permis de connaître la richesse de ta famille durant toutes ces années que j’ai partagées avec ta petite Marie.

    Richard Charette

  7. Daniel Felton (7e enfant de Thérèse, soeur de Jeannette) dit :

    C’est une bien triste nouvelle d’apprendre le décès de tante Jeannette. Bien que je ne l’avais vu depuis quelques années, elle me manquera, puisque c’était une personne toujours très joviale. Je sais combien ma mère, Thérèse Cousineau, appréciait sa jeune soeur pour son optimisme et sa manière très positive de passer à travers les épreuves.

    Je me souviens des visites que tante Jeannette nous faisait dans Ahuntsic et des mémorables pique-niques à Terre des hommes avec la cacophonie des enfants qui couraient autour de nos deux mères. Tante Jeannette ne perdait jamais patience; elle s’amusait plutôt de tout ce bruit et de ces agitements de nous tous: Céline, Norman, Denis, Michel, Pascal, mon fère Robert (décédé en 2008) et moi-même, Daniel
    J’offre ce modeste témoignage en guise de salutations distinguées à la bonne humeur perpétuelle de tante Jeannette.

    Mes condoléances à mes cousines et cousins et à toute la très grande famille Vaudrin ainsi qu’à leurs amis qui déplorent la perte de Jeannette.

    Daniel Felton

  8. Margo dit :

    Je tiens à remercier Fernand, Paulette, Marie-Claude et Patrick pour l’organisation du denier au revoir à maman.

    Un premier merci à Fernand, qui malgré son immense douleur, a su respecter les volontés de maman et concilier les diverses idées de la famille. Cet au revoir était empreint de simplicité et de tendresse à l’image de maman.

    Merci à Paulette de son support pour Fernand, et aussi pour nous, afin de réaliser ce dernier hommage. Les photos qu’elle a pris le temps de nous gaver sur cd sont un souvenir de maman que l’on pourra consulter les jours d’ennui et de mélancolie. Merci aussi de s’être occupé de ces mille et une petites choses qui nous aideront à nous souvenir.

    Un merci particulier à Marie-Claude et Patrick de s’être occupé des fleurs, du buffet, de la salle et de la musique. Malgré sa grossesse avancée, elle a trouvé l’énergie pour courir ici et là afin de remplir ces différentes tâches avec à ses côté, Patrick qui surveillait la future mère. Merci Patrick de t’être occupé de la musique et d’avoir permis d’entendre cette chanson que maman aimait tant chanter.

    Finalement merci François d’avoir lu cet hommage à maman, cette femme d’une grande bonté pour toutes et tous, d’une immense générosité et d’une jovialité à toute épreuve. Tu as su résumé nos pensées.

    BISOUS & MERCI
    Margo

  9. Margo, texte de Karolyne dit :

    POUR UNE GRAND-MAMAN EN OR.

    Un jour, une personne que je ne connaissais pas encore est arrivée ! Je n’aurais jamais pensé qu’elle allait me montrer un autre aspect de la vie. Ma grand-mère est toujours à mes côtés, elle est énergique et nous aime beaucoup et elle est là quand on en a de besoin. Ma grand-mère est une femme extraordinaire!

    Je l’aime énormément et pour le lui montrer, je l’aide à faire certaines tâches ménagères. Je la remercie de tout le bien qu’elle m’apporte en lui offrant un baiser ou un cadeau. Je lui dois beaucoup, pour le nombre de fois qu’elle m’a gardée lorsque j’étais malade ou que maman et papa travaillaient. Je lui dois beaucoup d’amour, pour tout ce qu’elle a fait pour moi et qu’elle fera dans le futur.

    Ma grand-mère est toujours généreuse, elle m’offre des cadeaux régulièrement, pour me montrer son affection envers moi. Aussi, elle nous écoute quelques soient les circonstances! On peut lui parler de n’importe quoi, elle ne dira jamais rien. Ma grand-mère est une très bonne cuisinière, elle nous fait des petits gâteaux à merveille. Je l’adore avec toutes ses qualités et ses défauts.

    Si j’avais un souhait à formuler, je souhaiterai qu’elle n’ait pas de maladie, qu’elle ait une fin de vie parfaite et qu’elle vive longtemps. Pourquoi? C’est parce qu’une grand-mère est toujours nécessaire à la vie, cela donne une autre opinion sur le monde, d’une autre catégorie d’âge.

    Ma grand-mère est exceptionnelle, je l’aime comme elle est. Je la vois sous un nouvel angle. Certains moments, j’aimerai arrêter le temps pour la connaître mieux, pour prendre le temps de la voir sous toutes ses facettes. J’ai un seul rêve à son égard, c’est qu’elle vive le plus longtemps possible pour mieux l’aimer.

    « Je t’aime grand-maman! »

    Karolyne M. Denis
    (Écrit en 1990, 14 ans)

  10. Chantal Fortin dit :

    A toute la famille Vaudrin,
    J’aimerais par cette lettre vous faire part de toute ma sympathie car c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai appris le décès de votre mère.
    Ma chère Céline un petit mot tout spécialement pour toi. Je sais pour t’ avoir côtoyée pendant plusieurs années que ta mère était pour toi une inspiration de courage et d amour. Je sais aussi a quel point tu l’aimais profondément et que tout le dévouement que tu lui as porté jour après jour était pour elle source de bonheur. J’avais parfois l’impression de la connaître puisque tu me parlais d’elle si souvent . J’aimerais te prendre dans mes bras pour amoindrir ta peine . Je pense a toi.
    Chantal Fortin xxx Une pensée pour toi !

  11. François dit :

    Témoignage François envers Jeannette à l’église Mère de Ste-Thérèse

    HOMMAGE À JEANNETTE

    Bonjour, je me nomme François et je suis un des fils de Jeannette. J’aimerais prendre quelques instants pour vous parler de notre mère Jeannette. Je tiens à remercier ceux et celles qui ont transmis des messages sur le site Internet de la famille Vaudrin, vous m’avez inspiré pour cet hommage à ma mère. Mais avant de débuter, je tiens aussi à remercier au nom de notre famille toutes les personnes qui se sont déplacées hier et aujourd’hui ou qui nous ont témoignés des messages de sympathies. Votre soutien nous touche beaucoup et nous l’apprécions !

    J’aimerais aussi souligner la présence de la soeur de Jeannette, tante Béatrice et de son frère notre oncle Jean-Guy. Jeannette avait aussi une soeur aînée Irène qui est gravement malade et qui ne peut être avec nous aujourd’hui. En plus de sa famille immédiate, Jeannette avait 13 enfants, 32 petits-enfants et 13 arrières petits-enfants… plus deux autres en préparation. Comme vous le voyez Jeannette a une belle descendance et elle aimait chacune de ces personnes d’un amour inconditionnel.

    Même si on savait que cela devait venir un jour, on n’est jamais prêt pour subir la perte d’un être cher. Les docteurs parlent d’espérance de vie, d’autres appellent cela le destin, Jeannette disait qu’il fallait laisser le Bon Dieu décider. En fait, Jeannette ne voyait pas la mort comme une tragédie mais comme une étape normale de la vie. Elle priait pour nous de son vivant et maintenant elle veille sur nous avec notre père Fernand, notre soeur aînée Claudette, son petit-fils Georges-Pierre et tous ses proches disparus.

    Jeannette était une personne exceptionnelle qui s’est dévouée toute sa vie pour le bonheur des siens. Elle avait une grande écoute et était toujours disponible pour partager nos joies et nos peines. Sa gentillesse innée, son sourire constant en faisait une personne facile d’approche et facile à aimer. Même si elle était très fière de sa famille (comme toutes les mères)… c’est plutôt elle qui fut un modèle pour sa famille. Je pense que sa plus grande réalisation sera d’avoir réussie à transmettre à ses enfants et ses petits enfants ses valeurs de générosité et de simplicité.

    Jeannette n’était pas exigeante face à la vie. Son plus grand bonheur était de voir ou parler à ses enfants et ses petits enfants. Elle aimait aussi jaser avec ses amis de la résidence, jouer au Bingo, faire des casse-têtes ou tricoter. Ces plaisirs simples suffisaient pour la rendre heureuse et nous rendre heureux. Chacun de ses enfants contribuait à la rendre heureuse dans la mesure de ses capacités. Tout le monde allait la voir régulièrement pour jaser avec elle, remplir son frigo, l’amener manger au restaurant ou à la maison, prendre un café, l’aider à faire ses casse-têtes, la faire rire, l’amener au chalet, assister à un spectacle ou écouter son petit-fils Ghyslain jouer de la guitare pour elle et ses amis de la résidence.

    J’aimerais toutefois souligner le dévouement exceptionnel de mes soeurs Margo et Céline qui ont toujours veillés à ce qu’elle ne manque de rien. Elles étaient toujours disponibles pour prendre soin d’elle. Merci Margo, merci Céline.

    J’aimerais aussi vous parler de grandes étapes de sa vie. D’abord Jeannette est née en 1923, c’était bien avant l’invention de la télévision, des autoroutes… et des bouchons de circulation. Elle a connue la grande dépression de 1929 et la deuxième guerre. Elle s’est mariée à 19 ans. À l’âge de 29 ans, elle avait déjà 7 enfants mais sa famille était loin d’être terminée… 6 autres enfants sont nés par la suite. Aussi, elle a toujours accouché naturellement et parfois même sans l’aide d’un médecin ou d’une infirmière. Lors des 15 premières années de son mariage, elle a dû déménager sa famille presqu’à chaque année. Et c’est finalement à Ste-Thérèse qu’elle a trouvé la stabilité dans sa maison de la rue Lacroix… qu’elle a habité pendant près de 40 ans. Malgré les difficultés, Jeannette a toujours fait passer le bien-être de ses enfants avant le sien. En fait, sous des apparences de douceur Jeannette avait une force de caractère exceptionnelle. Elle était le pilier de notre famille.
    Après le décès de notre père Fernand en 1990 et le départ des enfants de la maison de la rue Lacroix, elle a subit un Accident Cérébro-Vasculaire (ACV) qui aurait pu lui être fatale ou lui laisser des graves séquelles. À la surprise de tous, elle a réussi à se relever et à reprendre une vie presque normale. Malheureusement, elle n’était plus en mesure d’habiter seule dans la maison familiale. Elle a alors du prendre la décision déchirante de quitter sa maison pour s’établir dans une résidence pour aînés. Même si nous savions que ce passage était difficile, elle n’a pas laissé paraître des signes de découragement ou de frustration. Pour elle, il s’agissait d’une autre étape de sa vie. Elle a accepté sa nouvelle vie avec sérénité et elle a même développé des belles amitiés avec ses amis du Boisé. La résidence Le Boisé est devenu sa deuxième famille et elle me disait souvent combien elle était heureuse à cet endroit. Au cours des dernières années elle s’est malheureusement brisée deux fois les hanches et d’autres membres. Je crois que cela était trop.

    Malgré ces épreuves, elle respirait toujours la joie de vivre. Mais comme elle le disait souvent, on doit remettre notre vie dans les mains du bon Dieu et c’est finalement lui qui a décidé que le moment était venu de nous quitter. Elle est donc partie tranquilement dans son sommeil, tout en douceur, sereine, en apportant avec elle tout l’amour qu’elle a reçu.

    Nous te disons merci Jeannette, tu as accompli tout ce que tu avais à accomplir… Je t’aime maman, je t’embrasse.

    J’aimerais qu’on prenne quelques instants pour se recueillir et lui donner une ovation bien méritée.

    par la suite: Marie invite Julie à réciter la prière « Le tricot de la vie ». C’est une belle prière qui la décrit bien et qui a été trouvée dans ses affaires personnelle (on fait aussi circuler une balle de laine avec les six couleurs de cette prière pour que chacun puisse en garder un morceau). 

    http://www.eglisestlazare.org/Prieres/tricot.htm

  12. Claude Véziau dit :

    Bonjour,

    Mon nom est Claude Véziau, je suis auteur-compositeur, ex-musicien du métro à Montréal, où d’ailleurs j’ai fait la connaissance de Claudette, il y a déjà près de 20 ans.

    Elle m’a approché, comme ça, pour me demander si j’accepterais de l’aider à étoffer son répertoire de chansons et lui donner quelques conseils sur le métier de musicien de métro. Nous avons tout de suite sympathisé et de temps à autre j’allais chez elle prendre un café et parler de musique et aussi, très important, écouter des chansons.

    Notre amitié a continué ainsi, même au-delà de mon déménagement à Québec en 1997 et nous avons continué de correspondre pendant un certain temps. J’allais même faire un tour chez elle quand je passais à Montréal. Nous nous sommes perdus de vue vers 2003 et c’est seulement il y a quelques mois que j’ai appris son départ par l’entremise de sa cousine Jacqueline Cousineau, rencontrée sur internet.

    J’ai été plutôt secoué par cette nouvelle car j’avais toujours connu Claudette comme un petit bout de femme super dynamique et toujours pleine de projets de toutes sorte.

    Je voulais donc lui rendre hommage aujourd’hui et lui dire merci pour son amitié.

    Encore une fois, c’est grâce à Jackie Cousineau que j’ai eu l’adresse du site familial en même temps qu’elle m’annoçait le décès de la mère de Claudette, personne que je n’ai jamais rencontrée, mais dont Claudette parlait avec tellement d’affection.

    J’offre donc aussi mes meilleurs sentiments à toute la famille et les assure de mes pensées les plus douces.

    Avec tous mes égards,

    Claude Véziau

  13. Margo dit :

    Particulièrement en cette journée de ta fête tu me manques énormément. Tu m’appelais à tous les deux-trois jours, pour savoir comment ça allait. J’attends tous les jours ton appel qui ne vient pas. Tout me fait penser à toi qui savait m’écouter comme personne, et qui m’encourageait dans tous mes projets.

    Aujourd’hui je peux te dire que tu ne pouvais partir plus sereinement. Mais pour ma famille et moi c’était encore trop tôt.

    Je te parle à tous les jours et je suis contente que tu aies trouvé le repos auprès de papa, qui te faisait toujours rire de bon coeur.

    Tu pensais te reposer en haut, mais tu as encore une job à faire, celle de nous diriger judicieusement dans nos choix, mais tu n’est plus seule. Tu as papa, Claudette et même Georges-Pierre qui peuvent t’aider dans ta mission.

    Je te garde pour toujours au fond de mon coeur.

    Bye bye maman
    Margo

  14. Clémence dit :



    Maman, je m’ennuie de toi
    Tu n’es plus là pour me parler
    Pour me confier tes émotions
    Mais tu es là pour m’entendre
    Au travers des espaces qui nous séparent
    Dans les cieux et dans l’air que nous respirons
    Tu es toujours présente dans mon cœur

    Avec Claudette et papa
    Avec Georges-Pierre parti beaucoup trop tôt
    Avec Grand-maman Cousineau, ta maman à toi
    Avec ma tante Thérèse et ma tante Rose
    Avec Annette, Jeanne-D’Arc et Monique , tes grandes amies du Boisé
    Avec toutes ces personnes qui t’attendaient…

    Que de bons souvenirs tu nous as laissés
    Que de confidences tu as reçues
    Que de sourires tu nous as donnés
    Que d’optimisme tu nous as transmis

    Avant de partir, tu nous as laissé des cadeaux
    Tu ne me quitteras jamais puisque tu seras toujours en moi
    Avec tout ce que tu m’as offert généreusement
    Et qui demeure imprimé dans mon être


    Où que tu sois maintenant
    Je te souhaite la plus belle des fêtes
    Et puisse cette journée
    Être remplie de toi dans ma vie
    De ta joie de vivre
    Je t’aime tellement, maman chérie

    Bonne fête maman
    De ta grande fille qui pense à toi et qui t’envoie
    Beaucoup de tendresse et d’affection à travers l’espace

    Je m’ennuie de toi
    De ta voix si douce et de ton sourire
    Aujourd’hui, on aurait fêté tes 87 ans
    On s’apprêterait à aller fêter cela à l’Étoile du Nord
    Selon ce que tu avais souhaité
    Mais c’est dans un ciel rempli d’étoiles
    Que tu feras cette fête

    Bonne fête ma belle petite maman
    De ta fille des Trois-Rivières
    Qui pense à toi et qui t’embrasse très fort
    Clémence

  15. Michel dit :

    Depuis quelques années Maman et moi avions pris l’habitude de se donner rendez-vous le 1er octobre à 8hAM, je la réveillais et c’était correct, elle était contente, Maman ne voulait pas manquer sa sortie de diner au restaurant et moi j’voulais vraiment y aller, tout le monde était heureux. Désolé, ce matin je ne l’ai pas appellé à 8hAM mais j’ai communiqué avec elle, elle était vraiment contente. Il reste encore des plaies à guérir, bonne fête,

    Michel

  16. Viviane dit :

    Voila deux ans que tu nous a quitté. Je pense souvent a toi surtout depuis qu’une vie gradit en moi. Je sais que de la haut, tu est fière de ta famille…Ici, on a de la difficulté a tenir le compte de tes petits-petits enfants mais une chose est sure, ta famille est la plus belle.
    En passant, grand maman, tu avais raison… J’attends un petit garçon pour le début décembre :-)

Réagissez

Commentaires récents

Liens

décembre 2018
L Ma Me J V S D
« jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31